L’amande, bon et écologique ?

L’amande, bon et écologique ?

En apéritif, en pâtisserie, en cosmétique, en cuisine, à grignoter, l’amande sous toutes ses formes prend de plus en plus de place dans nos rayons. Considéré comme un produit sain, naturel et pas gras, ce fruit à coque est devenu une véritable star de l’alimentation végétale. Mais derrière son goût et ses qualités nutritionnelles on ignore souvent sa provenance et son impact écologique, attention vous risquez d’être surpris !

D'où ça vient ?

Si à l’origine, l’amandier a prospéré, en Asie, au Proche et Moyen Orient, aujourd’hui c’est les Etats Unis et la Californie qui ont le monopole. Grâce à une terre riche et un ensoleillement exceptionnel, l’Etat, produit 80% du stock mondial d’amandes (1 936 840 tonnes en 2019). La France, avec 5% de part de marché, occupe la 5ème place mondial, on en produit en Provence et en Corse notamment.

Comment c'est fait ?

La transformation d’une amande est le résultat d’une véritable industrie de précision. Une fois cueillie, le fruit passe par plusieurs étapes. Nettoyage, filtrage, calibrage, des robots et des humains traquent la moindre imperfection. Les amandes de beaux calibres sont exportées en l’état, tandis que d’autres seront transformées en barres chocolatées, lait, céréales…

A-t-elle réellement de bonnes qualités nutritionnelles ?

Grâce à une véritable richesse en lipides (54%), l’amande est considérée comme un fruit dit énergétique. Souvent consommée sèche ou grillée, son aspect semble maigre et on pense qu’elle ne fait pas grossir. Pourtant, la famille des oléagineux dont fait partie ce fruit freinent l’absorption des lipides renforçant le sentiment de satiété.

Est-ce vraiment un produit écologique ?

On croit souvent à tort que l’amande est un produit parfaitement éco-compatible. Pourtant sa production ne l’est pas, il faut 158.000 litres d’eau pour faire un kilo d’amandes soit l’équivalent de 3160 douches ! Ainsi, par exemple en Californie l’industrie utilise 10% des ressources en eau de l’Etat pour faire pousser le fruit. Mais l’impact est aussi visible sur la biodiversité, il faut des centaines de milliers d’abeilles pour polliniser la fleur de l’amandier. Les producteurs Américains, n’en trouvent plus assez et doivent en louer à l’autre bout du monde en Australie.
L’impact carbone pour un kilo d’amande est aussi important 5,6 Kilos CO2 soit un aller en voiture entre Cannes et Monaco.

Rédigé par Alexandre Pastorello.

Lait d'avoine vs lait d'amande
Pour un coup de boost, théine ou caféine ?
Menu