Lait d’avoine vs lait d’amande

Comme beaucoup de laits végétaux, le lait d’avoine et le lait d’amande ont envahi les rayons de nos supermarchés prêts à conquérir les végétaliens, végans, intolérants au lactose, mais aussi les plus curieux et les plus épicuriens. Reconnus comme des substituts parfaits au lait de vache, ils sont souvent considérés comme bons pour la santé et pour l’environnement mais attention, ils ne sont pas tous équivalents. WiseFins a étudié les valeurs nutritives, les ressources nécessaires en eau et le transport des matières premières de ces deux laits végétaux. Que la battle commence !

Round 1 : lait d’avoine vs lait d’amande : lequel est le meilleur pour ma santé ?

Le lait d’avoine est composé d’eau et d’avoine, une céréale originaire d’Asie cultivée depuis des décennies. Riche en minéraux, en glucides et en fibres, on lui reconnaît les bienfaits d’être tonifiant et de réduire le mauvais cholestérol. Le lait d’amande est, comme son adversaire, composé d’eau mais aussi d’amandes mixées. Niveau composition, il est riche en minéraux, fibres, bonnes graisses et vitamines A, B, E. Il est aussi connu pour être moins calorique (car il contient davantage d’eau !) que son concurrent.

RESULTAT : ex aequo. C’est ce qu’on appelle de très bonnes alternatives aux laitages, bon pour le corps et la santé !

 

Round 2 : lait d’avoine vs lait d’amande : lequel a le moins d’impact sur nos ressources en eau ?

Commençons cette fois-ci ce round par le lait d’amande. Grâce à ses remarquables valeurs nutritives, la popularité du lait d’amande ne cesse de croître. En revanche, son besoin abondant d’eau de source pour sa fabrication fait du lait d’amande l’une des boissons végétales les plus nocives pour l’environnement. Saviez-vous que la production d’une seule amande nécessite 4 litres d’eau ? 158 000 litres d’eau sont ainsi requis pour produire 1 kilo d’amandes, l’équivalent de plus de 5 années de douche journalière. Une consommation impressionnante ayant un impact environnemental coûteux puisque l’amande est principalement cultivée dans des zones arides, telles que la Californie ou la Méditerranée, perturbant ainsi leurs principales sources d’eau. Le lait d’avoine quant à lui requiert 8 à 15 fois moins d’eau à sa fabrication. Une information qui gagnerait à être davantage popularisée !

RESULTAT : le lait d’avoine est le grand vainqueur de ce round. On applaudit son faible besoin en eau face à un concurrent assoiffé. (en chiffres, lait d’avoine : 140L d’eau par litre de produit vs lait d’amande : 19 540L d’eau par litre de produit)

 

Round 3 : lait d’avoine vs lait d’amande : lequel a la plus faible empreinte carbone ?

Continuons avec le lait d’amande. 80 % des amandes au monde proviennent de Californie où se situent plus de 320 000 hectares de vergers d’amandiers étendus sur 4 050 km², soit 38 fois la superficie de la ville de Paris. Le lait d’amande a un impact désastreux sur l’environnement causé, entre autre, par l’émission excessive de gaz à effet de serre lors de la phase de production. En effet, la production d’un seul kilo d’amandes est équivalente à 3 000 km en TGV. Heureusement, le lait d’avoine offre une meilleure alternative puisque qu’il est produit localement. L’Union Européenne est en effet le premier producteur au monde d’avoine et est à l’origine chaque année d’un tiers de la production mondiale. La France contribue même à cet élan puisque ce sont 420 000 tonnes d’avoines qui sont produites sur son sol chaque année.

RESULTAT : le lait d’avoine est LE bon élève de ce round (en chiffres, lait d’avoine : 0,36Kg de CO2 par kilo de produit vs lait d’amande : 1,8Kg de CO2 par kilo de produit). Mention spéciale pour l’avoine « Made in France ».

 

Verdict : lait d’avoine vs lait d’amande : le lait d’avoine sacré grand gagnant !

Bien que les deux concurrents ont su nous séduire sur le plan nutritif, le lait d’avoine remporte la battle WiseFins. Son impact environnemental plus faible en termes de consommation d’eau et d’émission de gaz à effet de serre ont fait balancer la battle en sa faveur.  Buvons le, trempons nos céréales et cuisinons le sans modération !

Rédigé par Maeva Ortega

Le Mirazur, aux petits soins de la Planète
L’amande : bon et écologique ?
Menu